Spectre politique vs pollinique

En farfouillant dans mes affaires, j’ai retrouvé un papier de ma classe de Terminale S. J’ai lu « spectre politique » : j’en étais fort étonné pour un cours de biologie… Sauf qu’il s’agit bien d’un cours de bio : après relecture, il n’y avait pas marqué « spectre politique » mais « spectre pollinique », une notion de paléoclimatologie. Le résultat de l’analyse pollinique d’un échantillon géologique est représenté par un spectre qui traduit les proportions des divers types de pollens (plantes à fleurs) identifiés.
Ma vie racontée, pour dire qu’en ces temps de campagne présidentielle, j’ai lu politique au lieu de pollinique. La preuve qu’on est largement influencé par le vécu : on fait avec ce qu’on a !

Un spectre pollinique permet d'étudier les climats anciens en se basant sur la prédominance de fleurs dont on connaît les conditions de vie.

À propos de Alexandre Cohen

Etudiant en médecine et journaliste en herbe. Suivez-moi sur Twitter !

Publié le 25 avril 2012, dans Biologie, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :