Moi président de la République…

Tandis que fusent les paroles vindicatives entre Hollande et Sarkozy, moi consciencieux blogueur, je ne peux que relever le cultissime « Moi président de la République » qui fait le tour de Twitter, où il bénéficie même de son propre hashtag. D’autant plus que François Hollande emploie l’anaphore, figure de style courante dans les anthologies et qui consiste en la répétition d’un terme à de nombreuses reprises. Chapeau s’il n’a pas répété devant un miroir !

Une mise en scène théâtrale

Le candidat – qui s’y croit déjà use d’une sorte de gimmick (élément scénaristique répété de façon récurrente et apte à capter l’attention). Le tout est de pas en user à outrance… Cécile de Ménibus plaisante d’ailleurs avec son jeu concours : combien y avait-il de « moi président de la République ? »

Et un autre twitto de lancer : « Moi président de la République j’ouvrirai le premier Burger King en France ». Sans oublier qu’un certain garçonnet, François, aurait reçu comme punition de répéter 466 fois « Moi président de la République » !

Mythifié par le célèbre « monopole du cœur » en 1974, puis par l' »homme du passif » en 1981, le débat de l’entre deux-tours s’est imposé comme une tradition française, très codifiée rappelle le magazine Slate, en raison du désarçonnement de Mitterrand face à Giscard d’Estaing. Furent ainsi instaurés dès 1981, et ce à l’instigation de Miterrand, le temps de parole et l’absence des plans de coupe censés révéler la frustration. Plus qu’un moment décisif, cette joute oratoire est un rituel inspiré du débat de 1960 entre Kennedy et Nixon, premiers à se servir de la télévision comme un instrument de campagne.

A consommer avec modération

L’abus d’anaphore nuit-il gravement à la vérité ? D’aucuns ne diront que seize fois, c’est quinze fois de trop ; pourtant Nicolas Sarkozy dans son discours de Dijon (2007) martela à quarante-six reprises « Pourquoi tant de haine », sans que grand monde ne lui reprochât cette litanie. Reste que l’admonestation du président-sortant au vilain « petit calomniateur » (sic) marque indéniablement moins les esprits.

Égocentrisme hollandais ?

Toute la question est de savoir si cette scansion est un trait de caractère occulte de François Hollande, ou s’il joue là son va-tout en misant sur la carte de la tonitruance. Voulait-il faire le buzz, susciter la polémique, ou au contraire parler sans ambages et édicter clairement ses principes ? Ce « moi » répété en boucle connote-t-il un certain égocentrisme ; n’aurait-il pas mieux valu s’adresser directement au peuple de France : moi à la tête du peuple de Franc, pour reprendre l’expression si chère à Nicolas Sarkozy ? Les observateurs ont un avis mitigé sur la question plutôt épineuse. D’autant que Hollande tenant des propos acerbes, on lui reproche son mépris et mettre la charnue avant les boeufs, et Hollande pas assez ferme, on lui reproche d’être trop mou.

Un bon souvenir

L’invective de Sarkozy en jette décidément moins que le tour de force rhétorique accompli par son rival. Gageons que tout ce dont on se souviendra de cette dégelée dans quelques années est cet égrenage – un brin arrogant – de promesses électorales, à propos desquelles seul l’avenir nous dira si ce sont des paroles en l’air ou une profession de foi sérieuse. Pour l’heure, Hollande, en nous mettant devant le fait accompli, signe une réplique ampoulée bonne à rejoindre le florilège des phrases mémorables « Dites-le avec l’INA ».

Mais plutôt que de s’appesantir en bien ou ou en mal, méditons donc ces vers de Corneille dans Suréna (1674) :

Je veux qu’un noir chagrin à pas lents me consume,
Qu’ il me fasse à longs traits goûter son amertume ;
Je veux, sans que la mort ose me secourir,
Toujours aimer, toujours souffrir, toujours mourir.

Hollande et Sarkozy se disputent âprement le pouvoir. Et si la politique, quelqu’en soit la couleur, se résumait en ces mots : toujours vociférer, toujours promettre, toujours parler. Agir quelquefois ?

À propos de Alexandre Cohen

Etudiant en médecine et journaliste en herbe. Suivez-moi sur Twitter !

Publié le 2 mai 2012, dans Buzz, Société. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :