Archives de Catégorie: Cinéma

Men In Black, ou comment faire du neuf avec du vieux !

Classé n°1 au hit parade, Back in time, bande originale du troisième opus de la Men In Black, n’est pas à proprement parler un titre original, mais une reprise d’un air de 1957 ! Or, rappelons-le, il est question dans le film d’aller en arrière dans le temps pour sauver le futur, raison pour laquelle cette mélodie à la rythmique résolument oldie convient à merveille.

D’ailleurs, Love is strange sonne plutôt golden oldie (vieux succès) : écrite par le bluesman Bo Diddley, cette chanson atteignit la onzième place des 100 premiers hits du palmarès Billboard Hot 100 et connut de nombreuses reprises…

Défraîchie, certainement pas ! Cette version remise au goût du jour, interprétée  par le rappeur Pitbull, a fait l’objet d’une remasterisation remarquable. Autre élément, et non des moindres : le clip, bénéficiant d’un casting au poil, avec Will Smith et sa femme Jada Pinkett, ainsi que Tommy Lee Jones, tous trois à l’affiche du film en compagnie de Josh Brolin.

La version par Pitbull (2012)

La version par Mickey & Sylvia (1957)

Dr Mamour en action

En sauvant un jeune homme pris au piège dans la carcasse de sa Mustang, le célèbre Dr Mamour a accompli dans la vraie vie une prouesse digne de son alterego télévisé…  

Parfois, la réalité rejoint la fiction. C’est une histoire incroyable qui s’est déroulée il y a peu à Malibu, lorsque pour des raisons encore inconnues, un adolescent perd le contrôle de son véhicule et vient s’écraser contre la grille du jardin d’un certain Patrick Dempsey, plus connu sous le nom de Dr Mamour… Alerté par le bruit des tonneaux, l’acteur phare de Grey’s Anatomy accourt aussitôt, et, muni d’un pied de biche, force la portière du véhicule accidenté afin d’extirper le jeune homme de la carcasse. Evacué par hélicoptère, plus de peur que de mal pour ce conducteur qui s’en sort presque indemne, avec une légère commotion cérébrale et une blessure à l’oeil, malgré l’extrême violence du choc.

Ironie du sort, le médecin le plus célèbre de la planète (avec Dr House !) n’est pas médecin… Il n’empêche que les gestes de bon sens (maintenir la victime éveillée et la mettre en position de sécurité), ainsi qu’un brin de courage peuvent sauver des vies.

Les séries télévisées éminemment critiquées

Les séries américaines (mais Urgences n’est pas en reste) sont régulièrement pointées du doigt à cause des pratiques médicales douteuses qu’elles véhiculent. Par exemple, utiliser le défibrillateur en cas d’arrêt cardiaque est une idée à double tranchant : médecins et étudiants en médecine n’ont de cesse de critiquer la pratique télévisée qui consiste à choquer systématiquement les patients. En effet, comme son nom l’indique, le défibrillateur n’a d’utilité qu’en cas de fibrillation, c’est-à-dire d’activité électrique désordonnée du muscle cardiaque, et par conséquent contraction anormale des ventricules. En cas d’asystolie, cependant (absence pure et dure de contraction pour une raison généralement autre que la défaillance électrique), un choc électrique peut détruire les cellules myocardiques, donc compromettre la fonction cardiaque si le cœur reprend. Bref, le défibrillateur n’est pas la première solution à envisager ; souvent l’injection intraveineuse d’un cardiotonique s’avère plus judicieuse (en pratique, on dispose sous la main d’adrénaline ou les chances de survie sont faibles…)
On est d’ailleurs amené à distinguer les anomalies cardiaques, en parlant d’arrêt cardio-circulatoire – ACR – , et non cardiaque, car la perte du pouls n’est pas forcément due à un cœur à l’arrêt (mais souvent à un cœur perdant le rythme). Plusieurs causes peuvent avoir des effets similaires ; d’où l’idée d’être sage et ne pas appliquer les remèdes TV à la lettre (2 personnes sur 3 auraient tendance à reproduire les gestes de leurs héros). De même, en cas d’étouffement, la trachéotomie est préconisée en dernier recours : visez un peu trop bas (en plein dans la thyroïde), et c’est la mort par hémorragie (les secouristes procèdent d’ailleurs le plus souvent à une cricothyroïdotomie et non à une trachéotomie !).

Justement, Dr Mamour, qui ne manque pas de cran, est aussi et surtout un homme sage  : en ayant veillé à maintenir consciente la victime, il a appelé le 911. Victime qui, une fois repris ses esprits, n’en revenait pas d’avoir été sauvé par une star, et laquelle… Le vaillant Mamour de préciser avec humour « je suis docteur ». La preuve que les diplômes ne sont pas la panacée, tout du moins rien ne remplace la hardiesse dans l’âme. Même loin des projecteurs, un vrai héros ce Mamour !

D’autant qu’il s’est refusé à tout commentaire sur le sauvetage. Mamour déroge ainsi à la maxime de La Rochefoucauld, voulant qu’à une grande vanité près les héros soient faits comme les hommes. Un héros modeste donc !

Patrick Dumpsey, alias Dr Mamour : s’il n’a jamais incisé quiconque au scalpel, l’héroïsme coule dans son sang !

Prometheus : le 30 mai dans les salles

En 2089, Elizabeth Shaw et son petit ami Holloway découvrent un même pictogramme apparaissant sur chaque trace de civilisations disparues qu’elles soient aztèques, mésopotamiennes ou datant de la Préhistoire. Le symbole représenté montre un humanoïde levant sa main vers 6 étoiles. Ils comprennent alors qu’il s’agit d’une carte de l’espace. Elizabeth en conclut qu’il s’agit d’une invitation des créateurs de l’humanité. La théorie est prouvée quand ils se souviennent de traces de leurs créateurs qui ont été trouvées en Afrique en 2058. Très vite, une expédition a lieu composée de 17 membres et dirigée par Meredith Vickers jusqu’à la planète LV-223 qui est supposée être la planète indiquée sur le pictogramme. Le voyage dure 2 ans à bord du vaisseau nommé Prometheus. En 2091, David, un androïde créé par la société Weyland réveille l’équipage encore en hyper-sommeil. Une fois tous réveillés, Peter Weyland apparaît devant eux sous forme d’hologramme enregistré et leur explique qu’il est sûrement déjà mort et que leur mission est de ramener un spécimen de forme inconnue s’il en trouvent sur LV-223. Une fois que le vaisseau Prometheus a atterrit sur la planète, l’équipage va en reconnaissance et va découvrir quelque chose qui pourrait changer leur destin et celui de la Terre entière.

Tel est le synopsis ! Le film Prometheus, produit est réalisé par Ridley Scott, est très attendu en France : sortie le 30 mai.

Conçu à l’origine comme une préquelle d’Alien, le film a évolué en projet indépendant (précisons que la saga Alien, produite notamment par James Cameron, le réalisateur d’Avatar et Titanic a battu des records d’audience).

Côté distribution, on retrouve Michael Fassbender (Inglorious Basters, X-Men : le commencement), Noomi Rapace (Millenium), Guy Pearce (Deux Frères, Le discours d’un roi), Idris Elba (Ghost Rider 2), ainsi – et non des moindres – que l’ex-mannequin Charlize Theron (2 jours à Los Angeles, Monster, Hancock, La route).

Les effets spéciaux, quant à eux, semblent à la hauteur de trente ans de réalisation. Jugez-en ces images, qui ne sont qu’un aperçu d’un film à couper le souffle, tant par le scénario que par l’univers de science-fiction. Justement, trente ans après Blade Runner, le retour de Sir Ridley à la SF s’annonce dément :

 

Les bande-annonce ne sont pas en reste !

Elle et Dakota, une histoire de famille

Connaissez-vous Elle Fanning ? Le regard envoûtant, à tout juste quatorze ans la jeune actrice américaine a déjà une vingtaine de films – et non des moindres – a son actif. En 2003, elle apparaît dans L’école paternelle avec Eddie Murphy, puis en 2004 dans Lignes de vie. En 2009, on la retrouve dans L’étrange histoire de Benjamin Button, ainsi que dans Super 8 (coproduit par Steven Spielberg), et en 2010, aux côtés de Stephen Dorff, elle est consacrée dans Somewhere, réalisé par Sofia Coppola et primé à la Mostra de Venise.

Elle Fanning

Elle Fanning

Ce n’est pas tout : la jolie blondinette a une grande soeur, née en 1994 et étrangement nommée Dakota. Cette dernière s’illustre dans La guerre des mondes, Dreamer, Twilight

Dakota Fanning

Dakota Fanning

On peut donc parler d’une famille au top… du firmament hollywoodien.